Les problèmes de jeu

Les problèmes de jeu

Les sites de paris sportifs offrent une multitude de paris disponibles en tous genres. Pour la plupart des joueurs, le jeu et l’adrénaline procurés sont associés au plaisir et au divertissement. Cependant, pour certains utilisateurs, la pratique des jeux d’argent peut relever d’un problème plus profond. Généralement tabous, les problèmes liés aux jeux d’argent existent et sont considérés comme une maladie à part entière. On parle dans ce cas d’addiction aux jeux. Dans ce cas, le joueur, ainsi que son entourage, sont affectés au quotidien par cette emprise. Nous vous expliquons dans cette article de notre guide du parieur, pas-à-pas, les indices qui permettent de déceler cette maladie.

Les prémisses de la dépendance

L’addiction, quel qu’elle soit, implique une relation de dépendance physique et/ou psychologique entre l’objet de la dépendance et le sujet. Dans le cas des jeux d’argent, le début de la dépendance se manifeste de façon bien précise. Au début, le joueur apprécie particulièrement l’utilisation du site et des paris qui s’y rapportent.

Cependant, les médecins et chercheurs ont remarqué que le premier pas vers la dépendance débute généralement suite à l’obtention d’un gain conséquent. En effet, suite à cet événement, le joueur va assimiler le jeu à de l’argent facile. Il va ainsi tout mettre en œuvre pour reproduire cette expérience. La frontière entre plaisir et sentiment d’obligation de gain va ainsi devenir floue.

Des changements perceptibles

Un joueur a naturellement tendance à parler et faire partager son activité sur les sites de jeu en ligne. Associé au plaisir, il est tout naturel de vouloir, en faire partager son entourage. Cependant, c’est justement lorsque l’on observe une rupture au niveau de la communication qu’il est nécessaire, de la part de l’entourage, de s’interroger sur la démarche effectuée par le joueur sur l’utilisation du site.

En effet, le fait que ce joueur ne partage plus son expérience indique qu’il n’assimile plus son activité à du plaisir, mais à un sentiment de culpabilité et de honte. Son humeur devient ensuite généralement variable : elle fluctue selon les gains ou les pertes engendrés. De plus, les dépôts effectués sur le site sont plus fréquents, car le joueur est convaincu qu’il « va se refaire ». La notion de l’argent durement gagné dans la « vraie vie » disparaît au fur et à mesure.

L’acceptation du problème, une première victoire

Face à cette situation, de nombreuses possibilités s’offrent au joueur afin de s’en sortir. La première étape, peut-être la plus difficile, est d’accepter que le rapport au jeu soit problématique. Si tel est votre cas, le fait d’avoir accepté votre maladie est une première victoire. Ensuite, il est nécessaire pour le joueur de se tourner vers un médecin ou tout organisme appropriés à soigner cette maladie. Apprenez à vous libérer de cette emprise, apprenez à communiquer de nouveau, c’est la clé de la réussite.

Une législation à double tranchant

L’industrie des jeux d’argent et de hasard fonctionne depuis de nombreuses années au Canada, mais cette activité était illégale avant que notre région du Québec instaure une législation spécialisée. Pour résumer, c’était notamment une façon de taxer un secteur professionnel qui était souvent aux mains du crime organisé.

Cependant, de manière paradoxale, le gouvernement canadien n’a pas mis en place de prévention spécifique à la lutte contre l’addiction aux jeux d’argent. C’est pourquoi, on pourrait dire que la législation mise en place a pu avoir quelques effets négatifs sur la santé publique. On parle ici du facteur mental et physique des individus. Même si le gouvernement n’en fait pas un cheval de bataille, certaines sociétés de l’industrie du jeu ont pris le taureau par les cornes ! C’est notamment le cas pour Loto-Québec qui finance de nombreux projets de recherche liés au jeu excessif tout en maintenant une certaine sensibilisation auprès des joueurs.

Malgré une possible sous-évaluation de la situation, il semblerait que 5% de la population du Québec annonce être des joueurs compulsifs. Le chemin est donc encore long.

Le jeu dit « pathologique »

Le jeu est considéré comme pathologique lorsque l’addiction excessive se traduit par une dépendance aux jeux d’argent. Le joueur est alors incapable de s’arrêter de jouer et de contrôler ses mises. On peut alors assimiler l’addiction à une maladie quand le parieur a besoin de consommer sa pratique, il a donc un besoin réel de jouer. Ainsi, l’individu peut augmenter la fréquence du jeu dans le but d’éviter un état de manque.

Quels signes peuvent témoigner d’une addiction aux jeux ?

  • Le parieur est totalement préoccupé par les paris sportifs et le jeu,
  • les paris occupent entièrement son quotidien tout en éclipsant ses autres activités,
  • il va fixer des sommes d’argent progressives pour atteindre l’adrénaline recherchée,
  • il se fixe des limites, mais prend plus de risques qu’il avait prévu,
  • le parieur a envie de réduire sa pratique, mais en est incapable,
  • il a perdu, mais souhaite absolument se refaire,
  • le parieur cache aux autres son temps de pratique, voire même totalement son activité,
  • le jeu est une façon d’échapper aux soucis du quotidien,
  • le joueur trouve toujours le moyen de parier, même s’il est en proie à des difficultés financières.
Prono de la semaine

Le traditionnel Boxing Day est de retour en Premier League et vous réserve de belles opportunités... Lire la suite

Victoire de Manchester United, de Liverpool et de Tottenham